Quand la France rencontre la Suisse

Au mois de décembre dernier, Lorraine Adam, membre de l’équipe des archives de données issues de la statistique publique (ADISP) de PROGEDO a rendu visite aux équipes du DARISS de FORS à Lausanne. L’objectif était de prendre le temps d’échanger sur les pratiques de nos deux centres membres du CESSDA.

Le DARISS est composé d’une équipe d’appui aux chercheurs pour la gestion des données : Data management support (DMS) et d’une équipe qui gère l’archivage et la diffusion des données : Data archive services (DAS), qui est l’homologue de l’Adisp.

L’Adisp a pour mission de diffuser les enquêtes et bases de données produites par la statistique publique auprès de la communauté scientifique (chercheurs et étudiants). Elle assure aussi la diffusion des données quantitatives de la recherche en sciences sociales.

Échanges de bonnes pratiques entre voisins

Cette visite entre service provider intervient dans le contexte de renforcement de l’ouverture des données de la recherche.

Historiquement, l’Adisp est responsable de la diffusion des données issues de la statistique publique. Forte de ces 20 ans d’expérience, elle a souhaité faire profiter de ce service aux chercheurs qui souhaitent diffuser leurs données quantitatives dans le cadre restreint du monde de la recherche (notamment la diffusion de données pseudonymisées, qui ne sont donc pas libres). Les équipes du DARISS avaient déjà l’habitude de travailler avec ce public. Ainsi, Lorraine Adam était particulièrement en recherche de bonnes pratiques, d’un retour d’expérience sur l’accompagnement réalisé auprès des chercheurs en SHS pour les encourager dans la démarche de partage des données et les aider sur les questions techniques en particulier sur le point de l’anonymisation des données.

Cette visite aura permis d’échanger sur les pratiques et les services offerts par les deux institutions. Elles se rejoignent bien sûr : la documentation aux standards DDI et les principes FAIR sont partagés par l’Adisp et le DARISS, et une volonté d’ouverture des données guident les manières de travailler. Cependant, le DARISS accompagne directement les chercheurs, alors que Progedo utilise comme relais sur le terrain ses plateformes universitaires de données.

Swissubase et Quetelet-Progedo diffusion

Hasard du calendrier, la visite, bien que chamboulée par la crise sanitaire, coïncidait avec le lancement du nouveau portail Swissubase. Il affiche 11.000 descriptions de projet depuis 1993 qui comporte pour certains les jeux de données produits.

Hasard du calendrier de nouveau, ce lancement devance de quelques semaines celui du nouveau catalogue de Quetelet-Progedo diffusion, qui réunit les sources de l’Adisp, de l’Institut National des Etudes Démographiques et de Sciences Po Paris. Ce nouveau catalogue sera bientôt disponible et intégré au Cessda Data Catalogue !

Que retiens-tu de ta visite à Lausanne ?

« Je retiens de cette visite l’accompagnement spécifique aux chercheurs avec en particulier les guides rédigés par les équipes qui sont un outil que nous allons également proposer dans les prochains mois, qui sera un complément à l’accompagnement de terrain réalisé par les 15 PUD. J’ai également pu me rendre compte que la clé de la réussite est liée au positionnement en tant que partenaire avec les chercheurs dans cette démarche d’ouverture des données.  »



Citer ce billet
Elodie Pétorin (2022, 3 février). Quand la France rencontre la Suisse. PROGEDO. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t162

Elodie Pétorin

Ingénieure d'études au CNRS, en charge de la communication de l'IR* Progedo

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search