Dans les coulisses d’une expertise pour la Commission européenne

Le rapport de recherche de Sciences Po Grenoble, sorti le mois dernier, propose un entretien avec Frédéric Gonthier à propos de son rôle dans un panel d’experts mandatés en 2019 par l’Union européenne pour réfléchir sur les valeurs des Européens.

Frédéric Gonthier professeur à Sciences Po grenoble, membre de l’UMR PACTE et responsable du département “opinions et enquêtes sociopolitiques” au sein de la TGIR PROGEDO. Il est par ailleurs co-porteur des enquêtes internationales EVS et ISSP.

« Dans les coulisses d’une expertise pour la Commission européenne. Retour sur l’expérience de Frédéric Gonthier »

Vous faites partie d’un panel d’experts mandatés en 2019 par l’Union européenne pour réfléchir sur les valeurs des Européens. Qui est à l’origine de cette demande ?

L’initiative vient de la Commission européenne, qui est la branche institutionnelle chargée de proposer et de mettre en œuvre les politiques de l’UE. La Commission européenne est composée de plusieurs départements et agences exécutives. Elle compte notamment un Joint Research Centre (JRC) qui tient lieu de service scientifique interne. C’est lui qui est à l’origine de cette demande. Sa mission principale est de contribuer à l’élaboration des politiques communautaires par le biais de recherches et recommandation scientifiques indépendantes.

Et comment se fait le lien avec les valeurs des Européens ?

L’actuelle présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a défrayé la chronique à l’automne 2019, en évoquant la défense des valeurs et du « mode de vie européen ». En fait, connaître les valeurs des Européens est un enjeu pour l’UE depuis le début des années 70. L’Eurobaromètre, qui est le dispositif d’enquête par sondage de la Commission, a vu le jour en 1973 avec précisément pour objectif de mesurer les opinions partagées par les Européens et d’orienter la politique d’information de la Commission. L’objectif reste, mais le contexte a changé avec les derniers élargissements aux pays d’Europe Centrale et Orientale. La Commission considère désormais que la relative sécurité politique et économique ne suffit plus à garantir la cohésion de l’Europe, et que son unité doit se refonder sur un socle de valeurs communes.

Quel est ce socle de valeurs ?

C’est celui qui figure dans les traités successifs. Notamment ceux de Rome (1957) et de Lisbonne (2007) : la liberté, la démocratie, l’égalité, l’État de droit, le respect de la dignité humaine et des droits de l’homme, à commencer par ceux des minorités. Ces valeurs véhiculent un modèle de société caractérisé par le pluralisme et la tolérance, la non-discrimination et l’égalité entre les femmes et les hommes, la justice et la solidarité. Bien sûr, l’UE ne fait pas que promouvoir des valeurs. Elle se légitime elle-même à travers ces valeurs. Et elle utilise les normes juridiques, politiques et sociales qui en découlent pour réguler les politiques communautaires.

Comment le panel dont vous faites partie a-t-il été constitué ?

Le JRC de la Commission est divisé en deux grands services. Le premier délivre des expertises appliquées sur les grands enjeux économiques, énergétiques, environnementaux, migratoires… Le second produit des éléments de connaissance plus généraux pour nourrir ces expertises et accompagner leur mise en place. Il comporte une unité dédiée à la Connaissance au service des politiques (Knowledge for policy: Concepts and methods), pilotée par David Mair. C’est cette unité qui a lancé, en août 2019, un appel à experts intitulé Science of Values and Identity in the Political Process. Son idée était double : comprendre comment sont organisées les valeurs des Européens, et comment ces valeurs influencent leurs comportements politiques et électoraux. Avec une finalité très clairement affichée : développer une grille de lecture pratique pour mieux éclairer les décideurs politiques européens. Autrement dit, il s’agissait donner des clefs d’analyse sur les arbitrages de valeurs qui guident les citoyens européens dans leurs choix politiques ordinaires.

Pourquoi avoir répondu à cet appel ?

Trois éléments m’ont attiré. D’abord, la curiosité par rapport à la manière dont la question des systèmes de valeurs, qui est franchement complexe, allait être travaillée par la Commission européenne. Ensuite, la dimension recherche-action, à commencer par le challenge consistant à produire des outils d’aide à la décision politique. Enfin, le sentiment que le regard du chercheur en sociologie politique était indispensable sur ce type de questions, souvent investies par des disciplines plus normatives comme la philosophie ou le droit.

Le panel était donc pluridisciplinaire ?

Les 29 experts sélectionnés ont toutes et tous capitalisé une certaine compétence académique sur la question des valeurs. Mais à partir de disciplines aussi différentes que l’économie, l’histoire, l’anthropologie, la psychologie, le droit, la sociologie, la philosophie et la science politique. L’objectif du JRC était en effet d’avoir une lecture disciplinairement transversale des valeurs, de la façon dont elles se construisent et influencent les identités politiques. Plusieurs pays d’Europe étaient représentés, pour garantir aussi une forme de diversité culturelle.

Comment se sont passés les échanges ?

Les experts se sont retrouvés une première fois à Bruxelles en octobre 2019 pour un workshop de deux jours. Le plus étonnant a été la méthode de travail. L’équipe de l’unité Knowledge for policy a utilisé des techniques issues de l’animation de groupe : tour de paroles ouverts, moments de brainstorming avec des post-it, travail en plénière, en sous-groupes, puis de synthèse avec les représentants des sous-groupes…. Les experts issus du monde universitaire ne s’attendaient pas à cela, surtout venant d’une administration européenne.

Vous avez été déçu par ce mode de fonctionnement ?

Je dirais plutôt surpris de devoir échanger selon des modalités qui ne sont pas celles du débat académique usuel. Mais une fois acclimaté, il faut reconnaître que ces techniques de travail collaboratif sont assez efficaces pour faire dialoguer trente universitaires avec des points de vue forcément différents, en évitant que la parole ne soit monopolisée ou que certains cadrages théoriques ne l’emportent. Bien sûr, tout cela avait été séquencé en amont par l’unité Knowledge for policy du JRC. L’équipe avait d’ailleurs fait l’expérience de ces techniques lors de la préparation de ses précédents rapports comme Understanding our political nature ou Technology and Democracy.

Et après cette première rencontre ?

L’épidémie de Covid-19 a contraint à organiser les réunions suivantes en ligne. En utilisant là-aussi des applications type paperboard virtuel pour faciliter le travail collaboratif. L’unité Knowledge for policy a été très active, en réalisant notamment d’excellentes synthèses après chaque rencontre du panel. Elle a ainsi fourni la trame sur laquelle les experts se sont coordonnés pour écrire le rapport final. Sans trop entrer dans le détail, un document de 5 chapitres, composés chacun de 4 à 6 sections d’une vingtaine de pages chacune, va voir le jour. L’écriture en a été collaborative. Les experts ont d’abord choisi de contribuer à une ou plusieurs sections. La supervision de chaque section a ensuite été confiée à un unique expert.

Quelle a été votre contribution ?

J’ai pour ma part supervisé la section intitulée How is political behavior affected by values and identities. Section où j’ai aussi apporté une contribution sur le thème : Can specific values and identities increase political engagement? Je me suis également associé à la section How do values and identities become salient?, avec une contribution sur le thème : How do people construct their values and identities? Nous en sommes aujourd’hui au stade des dernières itérations sur le manuscrit. Nous avons par ailleurs réalisé une synthèse des sections, sous la forme de résultats clefs qui ont été restitués à l’oral au JRC. La publication du rapport final devrait avoir lieu début 2021.

Est-ce que d’autres livrables sont prévus ?

Un sous-groupe d’experts dont je fais partie a eu la chance de pouvoir travailler sur une édition spéciale de l’Eurobaromètre consacrée aux valeurs et lancée en fin octobre 2020. Le questionnaire interrogera notamment la façon dont les citoyens perçoivent les valeurs inscrites dans les traités européens. Les résultats devraient être d’autant plus intéressants qu’ils seront mis en perspective avec des données issues des web, fournies par une autre unité du JRC. Le JRC envisage enfin un dernier livrable très ambitieux, sous la forme d’un site permettant de classer les valeurs des Européens et de les comparer avec celles des partis politiques.


Sébastien Oliveau

Directeur de PROGEDO, Maître de conférences habilité à dirigé des recherches à l’Université d'Aix-Marseille, Géographe

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search